A vélo vers Compostelle – ( 10 )

Lundi 5 juin 2000 – Itero del Castillo / Mansilla de Las Mulas – 131 km

Levés vers 6h30, le ciel est gris, il fait frais. Le petit-déjeuner se limitera à une pomme et deux cookies (réserves de la sacoche).
Vers 7h45 nous partons, la route est facile jusqu’à Fromista. Nous avons passé le Puente Fitero, pont roman à onze arches sur le río Pisuerga.
A Fromista nous nous arrêtons à l’église Saint-Elme, patron des navigateurs, et à la splendide église romane San Martin – plusieurs fois restaurée – et nous admirons les 350 modillons.

Fromista_St-Martin

L’église Saint-Martin de Fromista

Enfin un petit-déjeuner digne de ce nom, thé, café, biscuits, en compagnie du français et de son épouse espagnole rencontrés la veille.
Fromista vient de Frumenta (froment). Le paysage est assez monotone malgré les coquelicots, les marguerites, les bleuets et les chardons qui bordent à cette époque les champs de blé.

Villalcazar-de-Sirga

Arrivée à Villalcazar de Sirga et portail de l’église Santa Maria la Blanca

A Villalcazar de Sirga, j’ai encore un coup de cœur pour l’église Santa Maria la Blanca construite au XIIIe siècle. Le portail sud, abrité sous un porche, est superbe avec ses décors superposés.
L’intérieur de l’église abrite une merveilleuse vierge à l’enfant dont la réputation miraculeuse avait été véhiculée aux quatre coins de l’Europe par les jacquets .
A Villalcazar, deuxième rencontre de la journée avec le couple Franco-Espagnol !

A Carrion de los Condes ce sera la troisième et dernière rencontre ! car ils s’arrêtent là pour aujourd’hui.

Carrion-de-los-Condes_Sta-Maria-del-Camino

Pause devant l’église de Carrion de los Condes

Carrion-de-los-Condes_Sta-Maria-del-Camino

Le portail de l’église Santa Maria del Camino à Carrion de los Condes

Le portail de l’église Santa Maria del Camino illustre la légende du « tribut des cent pucelles ».
Chaque année les villes chrétiennes devaient remettre cent pucelles aux Maures, qui occupaient une grande partie de l’Espagne. Les pucelles de Carrion de los Condes implorèrent le secours de la Vierge qui envoya quatre taureaux furieux qui mirent en fuite les Maures. Ces derniers y virent un avertissement et renoncèrent à ce tribut.

Sahagun_Eglise-San-LorenzoToujours le paysage monotone de la Tierra de campos – Meseta, del Paramo (le désert) – de longues lignes droites pratiquement plates. Heureusement que nous avons le vent favorable, les kilomètres défilent vite. Nous voilà à Sahagún, ville qui connut un grand essor sur le plan religieux: chapelle San Juan, ancienne église de la Trinidad transformée en refuge de pèlerins, église San Lorenzo, sanctuaire qui fait partie avec ceux de San Tirso et de Santiago, de l’un des plus beaux ensembles du style mudéjar.
Près de San Lorenzo une imposante tour en briques rouges évoque Saint-Sernin de Toulouse.
Nous passons le pont de Canto dont les cinq arches enjambent le Céa puis nous cherchons un peu notre route pour ne pas rouler sur le « camino » pierreux.

Un deuxième orage nous oblige à patienter à El Burgo Ranero après avoir pris un message « Bises d’Henri de Toulouse, hospitalero à Bercianos, pour Laura, hospitalero à Mansilla de Las Mulas ». Nous continuons à jouer au facteur sur ce chemin.
Nous arrivons au refuge de Mansilla de Las Mulas vers 18h00, la douche, les courses puis à la cuisine. Discussion en anglais avec un jeune italien.
Après le dîner en musique quelques pèlerins se mettent à danser, dont un « vieux beau » de Saint-Malo qui en profite pour draguer !
Quant à nous, nous allons nous coucher rapidement.

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

27 réflexions au sujet de « A vélo vers Compostelle – ( 10 ) »

  1. Ce que j’apprécie dans votre Chemin qui complète le mien et je sens que bientôt vous allez me doubler, c’est la possibilité de visiter plus en détail des lieux que je n’ai fait qu’effleurer.
    J’admire votre courage car comme moi vous repartez chaque matin comme si c’était le premier.
    Bon dimanche
    Bises

  2. J’aime beaucoup la chaude couleur rouge des édifices religieux.
    Contacter autant des personnes doit être excitant et enrichissant.
    Tu me fais rire avec le « vieux beau » ! Ce sont des personnages que je ne supporte pas du tout !!!
    Bon dimanche et bonne galette.

  3. bonjour Joseph .. être français, voyager en espagne, et parler en Anglais avec un Italien …. voilà bien comment je comprends les voyages !!! lol j’adore !!!!
    bon dimanche et gros bisous

  4. Cette route est si belle et que de richesses l’on découvre. Merci de ce partage, j’apprécie beaucoup. Mais je me demande pour des diapos, tu les scannes et tu les agrandis un peu? je trouve que ça rend bien.
    Bon dimanche Joseph
    chatou

    1. Merci beaucoup,
      J’utilise un vieux scanner Epson 1680 SU qui permet de faire des scans à plat et des scans de négatifs ou de diapos.Je scanne mes diapos à la résolution native de mon scanner soit 1680px ce qui me permet d’obtenir pour mes 24*36 des images
      numériques de 2250*1500 pixels. Ensuite je traite les scans avec photoshop.
      Il n’y a donc pas d’agrandissement car ce serait nuisible à la qualité.

  5. Quel joli récit animé ! J’aime bien ta façon de raconter ! Vous en avez vu de jolies choses tout au long du camino et en particulier la Tour près de San-Lorenzo de Sahagún ! Jusqu’aux anecdotes qui rendent le camino plus léger sans doute.. comme la rencontre avec le « vieux-beau » de St Malo qui en profite pour draguer 🙂 ! Merci de nous faire profiter de cette belle virée et GBizh et amitiés à vous 2 !

  6. Très imposante, l’église St Martin, mais tristounette. La petite église (dernière photo) me plait plus, quoi qu’un peu du même style. Tu as bien fait d’égayer cette page avec la photo des fleurs qui bordent les champs de blé.
    Le chemin de Compostelle est une occasion de faire des rencontres avec des personnes de toutes nationalités (peut-être plus du côté espagnol ?) et de découvrir des paysages. J’aime cette idée.

    1. C’est les rencontres qui auront plus que tout marqué ce chemin. Parmi les marcheurs nous avons rencontré peu d’Espagnols. Nous avons surtout été surpris par le nombre de jeunes qui avaient pris quelques mois sabbatiques, après leurs études, pour effectuer ce pèlerinage.

  7. Bonsoir joseph !!! MEILLEURS VOEUX pour 2014 !! çà fait bien longtemps que je ne suis pas venue te rendre visite !! les lieux ont changé et je les trouve très intéressants et avenants !! je reviendrai plus souvent te lire . AMITIES . ELVY

  8. De bon matin et pas grand chose dans le ventre , je ne tiendrai pas longtemps !
    Bravo pour cette effort , exploit ! Mais un sentiment absolu de liberté et de grandeur face à ce défi , bravo
    Bonne Semaine

  9. Je prend beaucoup de plaisir à lire le compte rendu de vos étapes vers Compostelle . J’ai l’impression de faire un bout de chemin avec vous mais … sans trop me fatiguer ! C’est un beau voyage malgré les aléas de la pluie , des ronfleurs … Ca fait partie du voyage !
    Bonne semaine Joseph .

  10. voilà , j’ai vu toutes tes étapes de ce pélerinage . il a beaucoup plut !
    j’aurais aimé le faire , mais le temps passe . les tympans des églises et cathédrales sont magnifiques .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *