à propos …

portraitEn fait je n’ai pas envie de vous dire grand chose sur moi, sinon que je suis breton et comme le disait Pierre Desproges « le Breton est têtu ». J’en resterai donc là.
Mais si vous me faites l’amitié de parcourir ce blog, vous percevrez peut-être, ici et là, quelques traits de ma personnalité.

Je vous ferai découvrir le métier de mes ancêtres charbonniers.
Je vous parlerai de randonnées, cyclo ou pédestres.
Je partagerai avec vous des souvenirs de voyages.
J’essaierai de vous faire aimer le petit coin du Sud-ouest où je vis.

Par contre, ne comptez pas sur moi pour vous livrer mes sentiments, ce n’est pas dans ma nature.
Dans ce blog, vous ne trouverez rien, ou peu de chose, sur ma vie familiale. Vous ne trouverez rien non plus sur mes opinions en matière de religion.
Bien que je m’y intéresse beaucoup au travers des médias, je ne vous parlerai pas de politique. Sachez seulement que je déteste les idées racistes et xénophobes.
Et, même si aujourd’hui j’appartiens à la catégorie des « tamalous » je ne vous ennuierai pas avec mes bobos.

Je remercie plus particulièrement tous les personnes qui me suivent depuis mon premier blog et je leur demande de bien vouloir m’excuser si elles retrouvent sur ce site certaines photos que j’avais déjà publiées.

Extrait de Cyclopédie, L’univers de Pierre Desproges
Les Bretons sont-ils des gens comme nous ? Je dis non.
Le Breton est têtu. Sinon pourquoi dirions-nous d’un Breton : « Il est têtu comme un Breton » ? Alexandre Vialatte, le plus grand écrivain français, avant Dutour et Poulidor, disait que : « Le Loup est appelé ainsi à cause de ses grandes dents. » De la même façon, le Breton est appelé ainsi parce qu’il est têtu. Je n’en démordrai pas.
On a pu prouver scientifiquement que le Breton est têtu. Les travaux des plus éminents chercheurs du CNRS ont démontré théoriquement que le Breton trempé est encore plus résistant aux fortes pressions que l’acier trempé. Pour passer de la théorie à la pratique, il suffirait de porter un Breton à ébullition. Mais jusqu’à ce jour aucun Breton contacté pour aider la science dans ce domaine n’a voulu prêter son concours. Donc le Breton est têtu. Par sa faute, la recherche marque le pas. Et c’est navrant, quand on songe que les Américains, dans leurs laboratoires d’Atlanta, nous ont une fois de plus rattrapés, puisqu’ils ont d’ores et déjà réussi à démontrer que les nègres étaient solubles dans l’acide sulfurique.