Douarnenez 88

J’ai eu la chance de vivre les fêtes maritimes de Douarnenez 88 en plein cœur de l’évènement. Suite à une mutation professionnelle, je venais juste d’emménager à deux pas du port du Rosmeur.
Dz88Il me suffisait d’ouvrir les fenêtres pour être dans l’ambiance festive de ce grand rassemblement de voiliers traditionnels. Toute la journée et même très tard dans la nuit résonnaient sur les quais chants de marins, musique folk… mais l’essentiel était sur l’eau.
Des centaines de vieux gréements venus de tout l’hexagone et de l’étranger déployaient leurs voiles colorées autour de navires prestigieux comme le Bélem et le Sédov.
Quelques photos pour vous donner un petit aperçu de cette fête.

Dz88

Les vieux gréements dans le port du Rosmeur  (diapo 1988)

Dz88

La goélette Belle-Poule, sous voiles dans la baie de Douarnenez  (diapo 1988)

Dz88

La bisquine de Cancale dans la baie  (diapo 1988)

Dz88

La nuit est tombe sur le Bélem  (diapo 1988)

Dz88

Le port du Rosmeur, mis en lumière par Yann Kersalé  (diapo 1988)

Job David, pêcheur de légende

Article paru en 1981 dans la revue: « Eau et Rivières de Bretagne »
Cet article est un hommage à Joseph David, mon beau-père qui était connu, à plusieurs kilomètres à la ronde, comme un des meilleurs pêcheurs de truites et de saumons.
Grâce à cet article nous avons pu retouver Yann Lefèvre l’auteur du portrait et acquérir l’original de ce fusain qui est plus vrai que nature.


Job David

pêcheur de légende
par P. Lebreton


Job David, portrait

     Pour un pêcheur, citadin comme moi, la rencontre d’un vieux pêcheur local est toujours source de respect et de curiosité.
Il me donne toujours l’impression de savoir naturellement ce que je cherche, souvent en vain, dans les livres ou autres revues de pêche durant les longs mois, où les kilomètres, me séparent du théâtre de mes aventures halieutiques.

Le portrait de Job David
vu par Yann Lefèvre (1981)

     Joseph David, dit « Job » fait partie de ces pêcheurs. La soixantaine, presque aussi grand et maigre que sa canne en bambou refendu, il promène sans effort depuis bientôt trente ans, sa grande silhouette le long des rives de l’Ellé et du Scorff.
     Bon pêcheur de truites, il ne les recherche cependant jamais avant l’été. Les passionnés du saumon auront déjà compris. Nul poisson ne pourrait remplacer le roi de nos rivières entre le début mars et la mi-juin dans l’esprit et le coeur de Job. Mais ce qui le caractérise le plus, car nous aurons été nombreux à nous reconnaître dans les lignes précédentes, c’est sa façon de traquer le saumon. A la cuiller le jour de l’ouverture, il sort sa grande perche à mouche dès le lendemain…
     Pour Joseph David, la pêche à la mouche est en effet le plus sûr moyen pour capturer un saumon. Fermier sur une pêche privée de l’Ellé pendant vingt ans, il pêchait à la mouche pendant que les « monsieurs » recherchaient le poisson royal à la cuiller, au devon ou à la « dormeuse » Les résultats, s’ils étaient égaux en début de saison, le rassuraient sur la supériorité de sa méthode, dès que les eaux baissaient et se réchauffaient. Les captures se succédaient alors, et nous laissent aujourd’hui pensifs et rêveurs… Trente six poissons à la mouche lors d’une de ses meilleures années en ne pêchant que deux jours par semaine. Son record en poids? Dix-huit livres. La capture de ce poisson mérite, je pense, d’être relatée:
     C’était un lendemain d’ouverture. La neige recouvrait les rives de l’Ellé et de gros flocons s’arrachaient encore du plafond bas et gris du ciel. Job n’était déjà plus bredouille. Un joli saumon de 15 livres, tout blanc, était passé de vie à trépas, victime d’une mouche de l’Ellé. Joseph crut distinguer devant une grosse  pierre  qui émergeait  de l’eau à cet endroit, le dos d’un poisson, Le saumon, car sans aucun doute il s’agissait bien d’un saumon, ne devait pas être gros d’après le remous qu’il avait causé en disparaissant. Faux lancers pour sortir la longueur suffisante de soie. Premier poser, la présentation est bonne, la mouche arrive sur le poisson. Ce premier lancer était le bon. Le saumon est bien ferré mais sa défense plus que molle conforte le pêcheur dans sa première opinion. Le poisson n’est pas gros. Ce n’est quand même pas un castillon en plein mois de février, pense Job. Ou alors peut-être un vieux? Le pêcheur tire doucement sur la ligne pour amener le poisson à la surface et enfin pouvoir mettre un chiffre sur ce saumon. Une dernière traction alors que la bagarre n’est commencée que depuis à peine une minute fait apparaître sous la surface… un énorme saumon. Maintenant, à la vue du pêcheur, le poisson a réagit. Une heure trente, fertile en rebondissements va être nécessaire à la capture de ce saumon record.

     Si un jour vous le rencontrez sur les rives du Scorff ou de l’Ellé, il vous racontera des dizaines d’histoires comme celle-ci et peut-être celle de ce saumon qu’un de ces amis prit avec une mouche confectionnée avec la mèche de cheveux d’une petite fille…
     Joseph David utilise une quatorze pieds en bambou refendu. Certains pêcheurs diront que cette longueur est trop importante pour nos rivières bretonnes. Je le disais moi aussi. Il m’a suffit de voir Job passer sa soie dans des trouées d’arbre de moins d’un mètre pour me rendre compte que ce n’est pour lui pas un inconvénient, bien au contraire…
     L’originalité de ce pêcheur hors du commun ne prend pas fin lorsque l’on aborde le problème ô combien épineux  du  choix  des  mouches.  Comme tous les pêcheurs de cette région, Joseph pense que l’aspect vivant et la taille compte plus que le coloris de la mouche. Sur l’Ellé, on ne jure que par les mouches avec ailes en plumes de paonne et le corps en bourre de sanglier. Sur le Scorff, on ne pêche avec des mouches locales que lorsque le corps est fait de laine jaune et rouge. Les ailes restent constituées de plumes de paonne avec parfois une adjonction de plumes de canard ou de poils d’écureuil.
     Job, lui, n’a jamais pêché deux fois avec la même mouche. Il fait naître de ses longs doigts, n’écoutant que sa fantaisie du jour, des mouches aux mariages de constituants et de teintes peu habituelles. Si Joseph David vous fait un jour la joie d’ouvrir son manuel de 1942 où toutes ses mouches sont amoureusement piquées dans les pages, vous pourrez constater qu’aucune ne ressemble à sa voisine.
     Plus que toute chose, c’est le travail de la mouche dans l’eau qui importe le plus pour ce pêcheur. Il est tout à fait recommandé de s’arrêter de pêcher pour le regarder opérer. Deux trous ne sont jamais peints par sa mouche de la même façon. Les mouvements qu’il imprime à sa canne dépendent toujours de la configuration du pool. Les mouvements sont soit lents et rythmés, soit rapides et désordonnés. Mais c’est toujours du grand art…
Dire que le succès du grand Joseph ne tient qu’à cela, est peut-être hâtif. En tout cas, ce qu’on peut dire ou écrire c’est qu’il y croit et que tous les ans, de nombreux saumons lui donnent raison.
     Je souhaite à tout pêcheur la joie de voir pratiquer Joseph David. Je suis persuadé que vous aurez la satisfaction d’avoir assisté pendant quelques instants à un exercice de grande dextérité.
« Faire bien ce que l’on fait ». Le secret de la réussite. Même au saumon.

                          Patrick Lebreton.

Douarnenez 92

Dans le cadre de mon activité professionnelle à Douarnenez, j’ai eu le privilège de faire partie de l’équipe de maîtrise d’oeuvre chargée de la construction du bassin à flot du Port-Rhu.
Médaille ville de DouarnenezIl s’agissait de créer les infrastructures pour un musée à flots et plus particulièrement de créer une digue munie d’une porte de type écluse pour maintenir à flot de manière permanente la ria de Pouldavid.
Ce port musée permet d’accueillir des navires de grande taille que les bâtiments du musée, situés près des quais sur la place de l’Enfer, ne pouvaient contenir. Lors des fêtes maritimes de Brest 92 qui se terminèrent à Douarnenez, le bassin à flot du Port-Rhu accueillait, pour la première fois, une multitude de vieux gréements.

Depuis, ce bassin à flots a accueilli de nombreux voiliers dont le majestueux Bélem. C’était le 24 juillet 2010, je n’ai malheureusement pas les photos de cet évènement car je n’étais plus à Douarnenez à cette époque. Je vous propose seulement quelques scans de diapos de la fête maritime de 1992.

Port-Rhu 92

Le Port-Rhu vu depuis le pont de Tréboul (diapo 1992)

Port-Rhu 92

Vieux gréements dans le Port-Rhu, à l’arrière plan la digue et la porte d’écluse (diapo 1992)

Port-Rhu 92

« La relève est assurée » (diapo 1992)

Port-Rhu 92

Bateaux au Port-Rhu (diapos 1992)

Dz88

Nuit sur le Port-Rhu (diapo 1992)

Dz88

Nuit sur le Port-Rhu (diapo 1992)

Dz88

Nuit sur le Port-Rhu (diapo 1992)

Dz88

Nuit sur la plage des Dames et l’île Tristan (diapo 1992)

Cette petite plage située dans une crique entre le port de pêche et le Port-Rhu était également très proche de mon domicile. L’été, je m’y rendais très souvent à pied pour prendre un bain de mer après la journée de travail.