A vélo vers Compostelle – ( 1 )

Vendredi 26 mai 2000

Surprise en rentrant à midi, message sur le répondeur : Europcar n’a pas de voiture pour nous, un client a prolongé sa location! Galère! Finalement nous réussissons à avoir une Mégane venant de Villeneuve-sur-Lot. Heureusement que le commercial était là!…
Vers 18h30, il pleut des cordes et c’est sous la pluie que nous chargeons les vélos pour partir, demain de très bonne heure, au Puy-en-Velay.

Samedi 27 mai – Le Puy-en-Velay / Saint-Alban-sur-Limagnole – 71 km

Le-Puy-en-Velay-Place-du-plotLever à 3h30, nous partons vers 5h alors que la pluie s’arrête. Tant mieux mais les routes sont encore bien mouillées.
Arrivée à l’aéroport de Loudes vers 9h30. Formalités pour rendre la voiture de location.
« Harnachement » des vélos et départ à 10h00 pour la descente sur le Puy-en-Velay. Première frayeur pour moi lorsque mon vélo se met à « guidonner ». Je ne maîtrise plus la direction. Est-ce à cause du vent? du chargement? d’une crispation sur le guidon? Sensations bizarres avec un tel poids, 21 kg en tout pour moi, 22 kg pour José, vélos compris.
Le temps de trouver la cathédrale, il est 11h00. La personne qui délivre les « créanciales » est partie et ne reviendra qu’à 14h00.
En attendant nous visitons et déjeunons sur la place du Plot au bord de la fontaine, au menu une quiche et une salade de pomme de terre.
Nous remontons, par les rues pavées de galets, à la cathédrale vers 13h30. Cinq minutes après, « la dame du Puy » arrive et nous obtient un rendez-vous avec le Père Martin, recteur de Saint-Michel d’Aiguilhe. Eglise construite au milieu du Xe siècle, sur ordre de l’évêque Godescale (927-962), premier pèlerin français de Compostelle.

Le Puy-en-Velay, Saint-Michel-d'Aiguilhe

Le Puy-en-Velay, Saint-Michel-d’Aiguilhe

Creanciale

timbre du Puy en VelayNous avons enfin nos tampons sur la créanciale et après avoir écrit une petite phrase sur le livre d’or, en route « Ultreia ! »…(Mot magique effaçant la peur et la fatigue du pèlerin de St Jacques de Compostelle)
Il est finalement 15h00 lorsque nous quittons le Puy vers Bains, MonBonnet … il fait beau! Je me fais une deuxième frayeur dans la descente entre St Privat et Monistrol, j’ai failli chuter en dérapant sur une plaque de gravillons en freinant à l’entrée d’un virage. Après avoir traversé le Gévaudan (nous n’avons vu que des sculptures de la bête) et la Margeride – superbe avec le soleil et les genêts en fleur! – nous nous arrêtons à 19h30 au gîte « l’Oustal de Parent » – Les Faux, à St Alban-Sur-Limagnole. Après un bon dîner nous nous couchons tôt mais nous sommes réveillés par un groupe d’une dizaine de cyclos peu discrets qui se couchent plus tard.

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

A vélo vers Compostelle – ( 2 )

Dimanche 28 mai 2000 – Saint-Alban-sur-Limagnole / Estaing- 96 km

Eglise St-Alban-sur-LimagnoleLevés à 6h15, déjeuner à 7h15 et départ vers 8h00 en descente sur St Alban-sur-Limagnole.
Une chance sur notre chemin une des « dames du curé » passe avec ses provisions et nous ouvre l’église romane du XIe siècle.
Elle est fleurie pour les communions. C’est mon coup de cœur pour aujourd’hui car ensuite, en traversant l’Aubrac, la pluie et le vent nous glacent jusqu’aux os et nous empêchent d’apprécier les champs de narcisses.

L’église romane de Nasbinals est aussi très belle, mais nous sommes trempés, nous avons froid et il y a un office.
José va quémander quelques vieux journaux chez le marchand. Ils nous servent de coupe-vent pour la descente du col d’Aubrac (1324m).

Le Rouchat

Le Rouchat – pour protéger nos bagages de la pluie : des sacs en plastique

C’est la fête des mères, un bon repas au restaurant nous fera du bien. Mais à la Dômerie d’Aubrac il y a beaucoup de monde et le restaurant chez Madeleine est complet. Nous continuons sur St Chély, descente difficile, dans le brouillard, la pluie, sur une route en travaux, rien de très exaltant. C’est même carrément dangereux!
A St Chély nous déjeunons au restaurant de la vallée après nous être entièrement changés dans la cave. A 15h00 le temps n’est pas meilleur, nous remettons les vêtements mouillés (très agréable!!!) et repartons en montée! Pour descendre ensuite sur St Côme d’Olt et son clocher surmonté d’une flèche hélicoïdale!
Timbre d'EstaingLa pluie s’est un peu calmée. Nous allons visiter l’église de Perse à Espalion, perdue dans les faubourgs cette chapelle romane présente un superbe tympan et méritait bien un détour.
Après une pause thé-café nous reprenons le chemin par la rive gauche du Lot. Nous passerons sans nous arrêter près de l’église de St Pierre de Bessuéjouls pour atteindre Estaing vers 17h et nous installer au gîte municipal. Un grand feu de cheminée séchera nos vêtements pendant la nuit.
Rencontre avec quelques français, une suédoise et un belge, parti de Bruxelles en avril et qui compte arriver, à Compostelle, le 25 juillet pour la fête de St Jacques. Coucher vers 22h00.

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

A vélo vers Compostelle – ( 3 )

Lundi 29 mai 2000 – Estaing / Cahors – 173 km

Levés vers 5h30, les pèlerins sont très matinaux, nous partons à 7h15 sur une montée à deux chevrons vers Golinhac. C’est dur, jusqu’à Espeyrac et ça monte à nouveau sur Sénergues avant de descendre enfin sur Conques. Il y a beaucoup de visiteurs: Allemands, Japonais,… un groupe de jeunes en « classe patrimoine » ou « découverte » tous coiffés d’une casquette bleue.
Un arrêt s’impose pour visiter l’abbatiale Sainte-Foy, nous nous attardons pour admirer le superbe tympan roman très riche en détails.

Conques Tympan de Ste-Foy

Le Tympan de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques

Nous traversons le Dourdou par le vieux pont roman et entamons lentement les 5 km de côte en direction de Noailhac. Les trois premiers kms, dur! dur ! ça monte à 10%. Nous faisons une petite pause pour regarder Conques en contre-bas.

Conques

Vue sur Conques

Ensuite nous redescendons d’autant pour remonter encore sur Livinhac-le-Haut et Montredon. Un petit crochet à Saint-Félix pour aller voir l’église Sainte Radegonde et son tympan du XIe représentant Adam et Eve devant l’arbre et le serpent.
Nous en profitons pour déjeuner à l’unique restaurant du village. Vu l’heure tardive, on a du se contenter des restes, une macédoine, une saucisse pour deux et des pâtes!
Pèlerin d'EspagnacAprès la traversée de Figeac, voilà la vallée du Célé. Quelle est longue cette vallée avec vent contraire! Halte à Espagnac-Ste-Eulalie (Monastère de Notre-Dame de Val Paradis). Photo du pèlerin en chêne et quête du tampon nous font rencontrer Mme Sénac qui nous remet de la documentation sur son association des amis du Quercy Rouergue.
Après un cour arrêt à Cabrerets nous pédalons le plus vite possible pour arriver avant 19h00 à Cahors pour obtenir le tampon avant fermeture de l’évêché.
Dur! dur! Cette journée. 173 km et plus de 2000m de dénivelée
A 19h00 nous sommes à notre maison. Pendant que José nettoie les vélos, je fais un peu de couture et de lessive.
Nous nous couchons très fatigué vers 22h00 dans un bon lit!

Cahors, Pont Valentré

Le pont Valentré à Cahors

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.