A vélo vers Compostelle – ( 4 )

Mardi 30 mai 2000 – Cahors / Auvillar – 88 km

Réveillés à 6h00, le crachin nous fait retarder le départ jusqu’à 10h00.
Après les fraises qui embaumaient hier la vallée de Saint-Géry, aujourd’hui ce sont les cerises de Durfort-Lacapelette qui font « tentation » Le parcours n’est pas trop difficile.
Nous arrivons avec le soleil à Moissac. Conversation en anglais avec deux touristes britanniques. Pique-nique sur le banc à côté des sculptures de Toutain, aux formes avantageuses et rebondies. Après un tampon sur la créanciale, à l’office de tourisme, nous visitons la superbe abbatiale Saint-Pierre et son cloître magnifique. Par contre nous n’avons pas trouvé grand intérêt à la visite du musée.

Moissac-Cloitre

Le cloître de l’abbatiale Saint-Pierre de Moissac

Sur la place nous rencontrons deux pèlerins accompagnés d’un âne, en provenance de Rennes et de Saumur et un troisième marcheur avec chapeau et bourdon sculpté offert par ses enfants, et aussi les mêmes touristes japonais qu’à Conques.

à Moissac

Rencontre de pèlerins à Moissac

Ensuite nous faisons route contre le vent jusqu’à Auvillar (Alta Villa, ancienne cité gallo-romaine). La place et la halle ronde sont magnifiquement préservées.

Auvillar

La place de la halle à Auvillar

Nous nous arrêtons vers 18h00 au gîte municipal où des travaux de rénovation sont en cours. Ils sont nécessaires. Le gîte avec vue sur le jardin est vaste et bien équipé, lave-linge, sèche linge…

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

A vélo vers Compostelle – ( 5 )

Mercredi 31 mai 2000- Auvillar / Aire-sur-Adour – 136 km

Condom-CathédraleLa nuit a été plutôt moyenne mais reposante quand même. Nous prenons le petit déjeuner avec un Québécois, amateur de vélo. Le départ à vélo est difficile, d’Auvillar vers Flamarens et Miradoux ça monte et ça descend sans arrêt, c’est le Gers, en plus le vent est toujours défavorable !
En arrivant à Lectoure, nous dépassons un pèlerin à cheval ! Coup d’œil à Saint-Jacques, parmi les autres apôtres, sur un vitrail de la cathédrale.
Casse-croûte et route vers Condom en passant par La Romieu où le cloître a été transformé en « jardin des plantes ». Une légende à propos des chats explique la présence de nombreux chats en faïence, plus vrais que nature, qui ornent les fenêtres.  Lire la légende
Et on continue à monter et descendre et remonter jusqu’à Condom où nous visitons la cathédrale Saint-Pierre avant de déjeuner sur une place équipée de bancs accueillants.

Larressingle

Larressingle, porte d’entrée de ce village fortifié du XIIIe siècle

Timbre d'EauzeEauze-CathédralePuis nous voyons Larressingle, Montréal-du-Gers, Eauze. A Eauze, un « personnage » se propose de nous guider dans la visite de la cathédrale Saint-Luperc – car sinon nous ne verrons rien, dit-il. Il commence par nous tenir des propos intégristes très sectaires envers certains « Jacquets » non chrétiens, qu’il souhaiterait écarter du pèlerinage. Odieux ! … Nous l’abandonnons très vite.
Nous prenons quelques minutes pour réserver, par téléphone, deux places au gîte municipal d’Aire-sur-Adour. Nous y arrivons vers 18h30. Vite ! Vite ! le reçu ! puis quelques courses en ville, demain c’est férié. Douche puis dîner dehors avec les moustiques ! Je suis piquée même à travers mon T-Shirt !

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

A vélo vers Compostelle – ( 6 )

Jeudi 1er juin 2000 – Aire-sur-Adour / Ostabat – 121 km

C’est vers 7h00 que nous partons. La nuit n’a pas été perturbée par les moustiques. Seulement par quelques randonneuses déjà pas très discrètes hier soir – un groupe qui fait le GR une semaine par an en se faisant porter les bagages !! –
Après un léger brouillard la journée s’annonce belle. Terrain encore vallonné. Arrêt à Pimbo, la plus ancienne bastide des Landes, imposante collégiale du 12ème siècle!

Pimbo, Collégiale

La collégiale de Pimbo

A Arzacq-Arraziguet nous nous restaurons tout en évoquant des souvenirs mouillés du brevet randonneur de 600 km de 1999, c’est dans cette commune que nous avions mangé une garbure pour nous réchauffer !
A Arthez-de-Béarn une dame, en face du gîte, nous tamponne les créanciales. Rencontre avec un cycliste qui fait environ 60  km par jour, il prend six semaines pour son voyage à Compostelle.
A Orthez, déjeuner dans un restaurant sans prétention.
Ça monte et ça descend encore pour rejoindre Sauveterre-de-Béarn par l’Hôpital d’Orion, d’où, longtemps après sa mort, le corps de Gaston Phébus à été transporté à Orthez.
A Saint-Palais nous prenons une petite route montante, avec en plus du goudron fondu, pour passer à la stèle de Gibraltar, carrefour des chemins français de Saint-Jacques-de-Compostelle. Je suis déçue, je l’avais imaginée plus belle.

Stele-Gibraltar

La stèle de Gibraltar

Arrivés au gîte d’Ostabat, nous sommes accueillis par des pèlerins. Le propriétaire fait les foins. Ospitalia, c’est l’ancien hôpital qui retrouve sa vocation d’accueil des pèlerins.
Timbre d'OstabatNous couchons sous les toits, dans le grenier aménagé en dortoir. J’ai un lit trampoline ! Il fait chaud ! L’orage éclate ! Après une tisane aux plantes d’Afrique du Sud nous nous couchons tous à peu près en même temps !Nous avons pu donner à un pèlerin de Saumur des nouvelles du pèlerin avec l’âne, rencontré à Moissac, parti également de Saumur. Il le croyait devant lui !
Lever pour tous à la même heure, sauf trois cyclistes dont un de Vierzon un peu exhibitionniste.
Le propriétaire nous a porté des oeufs frais. L’œuf à la coque au petit déjeuner c’est bien ! Nous payons, en échange du tampon et partons vers 8h00. C’est brumeux.

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.