L’art du charbonnier – montage de la meule

C’est avec ses pieds, en guise de mètre, que mon père repère le centre de la meule. A cet endroit, il bâtira la cheminée indispensable à l’allumage. Un lit de charbon à été disposé sur cette partie centrale pour favoriser la prise du feu.

Charbonnier

La base de la cheminée est de forme triangulaire. Les morceaux de bois, choisis parmi les plus droits, sont croisés et posés les uns sur les autres.

Charbonnier

La cheminée commence à monter. Il faut veiller à sa verticalité. On remarque le bois qui servira au montage de la meule, essentiellement du chêne et du hêtre coupés à un mètre de long. Il est disposé tout autour de l’emplacement et trié en fonction de sa grosseur. Il faut compter environ 7 cordes soit 21 stères pour une meule.

Charbonnier

C’est avec la plus grande attention que mon père édifie la cheminée qui atteindra au final deux mètres de haut. Je ne l’ai jamais vu confier à quelqu’un d’autre cette construction qui conditionne en grande partie la stabilité de la meule de bois.

Charbonnier

Mes parents, tournent autour de la cheminée en plaçant un à un les morceaux de bois contre la cheminée. Les plus gros morceaux qui demandent plus de temps pour être carbonisés sont placés en premier.

Charbonnier

Pour édifier la meule, mes parents dressent, avec beaucoup de soin, le bois sur deux niveaux. L’inclinaison du bois augmente, au fur et à mesure que le cercle s’agrandit. La rangée supérieure est encore un peu plus inclinée.

Charbonnier

La meule de bois est pratiquement terminée. Les morceaux de bois doivent être serrés les uns contre les autres, sans enchevêtrement, de manière qu’à la cuisson la meule s’affaisse doucement sans s’effondrer.
Il faut veiller à ce que la dernière rangée ne présente pas de morceaux de bois trop tordus ou trop saillants qui poseraient des problèmes pour la couverture.

Charbonnier

Le trou de la cheminée: c’est par cette ouverture que mon père allumera la meule.

A suivre, la couverture et l’allumage…

35 réflexions au sujet de « L’art du charbonnier – montage de la meule »

  1. Bonjour Joseph , c’est impressionnant ! Quel travail de précision !!
    Ce qui me touche aussi c’est que déjà , tu immortalisais tous ces gestes et leurs résultats par des photos de grande précision.
    Merci et à demain.
    Bisous.Francine.

  2. Merci Jo pour toutes ces explications, j’avais vu des charbonnier en forêt de Huelgoat, mais je ne pensais pas que le charbons de bois se préparait de cette façon.. captivant! Bises et bon mercredi . ZAZA

  3. Bonjour Joseph,
    Quelle précision dans ce travail. 21 stères de bois, c’est pas rien ! déjà lorsqu’on range le bois chez-soi et qu’il est bien rangé c’est agréable alors là pour faire cette meule c’est un sacré boulot de patience ! j’ai hate de voir la suite … d’ailleurs c’est bien la première fois que je vois ce travail en photos et c’est encore plus passionnant parce que l’on te connait même si ce n’est que virtuellement. Je vais envoyer les liens de ces articles à mes parents, cela devrait leur plaire. C’est bien que tu aies ces photos et c’est un bel hommage à tes parents.
    Bonne journée Jospeh

  4. Vraiment très intéressant. Patience, précision, minutie … mais avec, quand même, beaucoup de manipulation du bois. Le résultat final est une œuvre d’art ! Un vrai travail d’artiste !

  5. J’avais deux articles de retard et je viens de me rattraper. C’est passionnant ce que tu nous apprends Joseph, j’avoue être totalement ignorante de ce sujet mais c’est vraiment intéressant. Merci beaucoup de partager avec nous

  6. Bonjour ,je me répète ,c’est beau et bien fait ,quelle patience ,tout est ajusté ,c’est beau à voir ,quel dommage qu’il faille mettre le feu ,mais c’est le métier …bravo à tes parents ..
    tu gardes de bons souvenirs…bonne journée.

  7. Bonjour, Apres bien des difficultés,dues à mon manque de formation informatique, j’émigre vers wordpresse. Il va me falloir trouver l’astuce pour transferer une partie de mon ancien blog. Ton blog est maintenant dans mes favoris. Cela va facilité mes visites. Bonne journée.

  8. Bonsoir Joseph,
    C’est tout un art ce travail de charbonnier . Je pense que ton papa prend un plaisir suprême à construire la cheminée .
    La maman travaille aussi , le soir, le repos sera bien nécessaire …au coin du feu.
    Bravo pour les photos et les explications claires et nettes .
    Belle soirée et biz de Michèle.

  9. bonsoir, je crois que tu avais fait cet article sur OB mais vois-tu je ne m’en lasse pas, tout ce qui touche au savoir faire ancestral ne doit pas disparaître ou du moins garder les images, cela fait partie de l’Histoire !!
    je pense qu’un jour on te demandera ces photos, cet article !!
    bonne soirée

  10. Bonsoir Joseph
    Un travail de patience et de precision pour que cela tienne ! une belle technique pour la ventilation ! Quand je rentre 30 stères chez moi , suis sur les rotules ! mais là je comprends aussi la pénibilité de ce travail , merci merci ! Bonne soirée

  11. Tes parents sont des personnes très consciencieuses dans leur métier … Merci de ce bel exposé et des très belles photos qui nous font encore mieux comprendre ce travail ardu et minutieux en même temps !Quel magnifique résultat ! C’est vraiment un travail méconnu.
    Mes bises pour une douce soirée Joseph !
    Nicole

  12. Merci Joseph ! Ton reportage est émouvant ! Tu montres tes parents au travail et le résultat de celui-ci est magnifique ! Quelle belle meule ! Je comprends que tu aies envie de montrer ce métier si peu connu effectivement. Toutes tes photos sont belles, c’est dûr de faire un choix ! GBizh et amitiés à vous 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *