A vélo vers Compostelle – ( 6 )

Jeudi 1er juin 2000 – Aire-sur-Adour / Ostabat – 121 km

C’est vers 7h00 que nous partons. La nuit n’a pas été perturbée par les moustiques. Seulement par quelques randonneuses déjà pas très discrètes hier soir – un groupe qui fait le GR une semaine par an en se faisant porter les bagages !! –
Après un léger brouillard la journée s’annonce belle. Terrain encore vallonné. Arrêt à Pimbo, la plus ancienne bastide des Landes, imposante collégiale du 12ème siècle!

Pimbo, Collégiale

La collégiale de Pimbo

A Arzacq-Arraziguet nous nous restaurons tout en évoquant des souvenirs mouillés du brevet randonneur de 600 km de 1999, c’est dans cette commune que nous avions mangé une garbure pour nous réchauffer !
A Arthez-de-Béarn une dame, en face du gîte, nous tamponne les créanciales. Rencontre avec un cycliste qui fait environ 60  km par jour, il prend six semaines pour son voyage à Compostelle.
A Orthez, déjeuner dans un restaurant sans prétention.
Ça monte et ça descend encore pour rejoindre Sauveterre-de-Béarn par l’Hôpital d’Orion, d’où, longtemps après sa mort, le corps de Gaston Phébus à été transporté à Orthez.
A Saint-Palais nous prenons une petite route montante, avec en plus du goudron fondu, pour passer à la stèle de Gibraltar, carrefour des chemins français de Saint-Jacques-de-Compostelle. Je suis déçue, je l’avais imaginée plus belle.

Stele-Gibraltar

La stèle de Gibraltar

Arrivés au gîte d’Ostabat, nous sommes accueillis par des pèlerins. Le propriétaire fait les foins. Ospitalia, c’est l’ancien hôpital qui retrouve sa vocation d’accueil des pèlerins.
Timbre d'OstabatNous couchons sous les toits, dans le grenier aménagé en dortoir. J’ai un lit trampoline ! Il fait chaud ! L’orage éclate ! Après une tisane aux plantes d’Afrique du Sud nous nous couchons tous à peu près en même temps !Nous avons pu donner à un pèlerin de Saumur des nouvelles du pèlerin avec l’âne, rencontré à Moissac, parti également de Saumur. Il le croyait devant lui !
Lever pour tous à la même heure, sauf trois cyclistes dont un de Vierzon un peu exhibitionniste.
Le propriétaire nous a porté des oeufs frais. L’œuf à la coque au petit déjeuner c’est bien ! Nous payons, en échange du tampon et partons vers 8h00. C’est brumeux.

itineraireEn 2000, nous avons fait en treize étapes à vélo, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle à partir du Puy-En-Velay.
Extraits du carnet de route, tenu chaque soir par Marie-Noëlle.
Soyez indulgents pour la rédaction qui est parfois en style télégraphique et pour la qualité des photos qui sont, à part quelques rares exceptions, des scans de diapositives.

11 thoughts on “A vélo vers Compostelle – ( 6 )”

  1. Bonne année Jo et Marie-Noëlle
    Je me suis arrêtée deux fois à Ospitallia et une fois toujours à Ostabat dans le gîte café-resto sur la place de l’église quand j’ai fait le Chemin Paris Roncevaux.
    Toujours la magie du récit merci à tous les deux
    Bises

  2. Une très bonne Année 2014 à toi aussi et prends bien soin de toi « tamalou », puisque, d’après ce que j’ai compris tu fais partie de cette catégorie.

  3. Meilleurs vœux pour l’année 2014 à vous deux.
    La collégiale de Bimbo est très belle.Dure la montée avec du goudron fondu,pas trop fatigués avec cette chaleur?A demain. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *