Mon premier Paris-Brest-Paris

Cette semaine plus de 6000 randonneurs participent aux 1200 km de Paris-Brest-Paris. Cela ravive quelques souvenirs et plus particulièrement ceux de 1999 où j’avais participé à cette fabuleuse randonnée en compagnie de Marie-Noëlle. C’est son récit, écrit pour une revue cyclotouriste locale, que je vous propose.

Août 99, j’ai vécu mon 3ème Paris-Brest-Paris, mais cette fois-ci, à vélo, et non plus, comme en 1987 et 1991, en voiture accompagnatrice. Pour assurer l’intendance, le ravitaillement, les massages, le réconfort et les encouragements aux contrôles, j’avais accompagné Joseph ces deux années-là.

Etre accompagnateur n’est pas de tout repos !

Il n’y a plus de rythme de jour et de nuit, on mange et on dort quand on peut. On s’inquiète aux contrôles, lorsque celui qu’on attend est en retard sur l’horaire prévu. A-t-il eu une crevaison? un incident mécanique? pire un accident? S’est-il trompé d’itinéraire? la nuit, la lecture du fléchage n’est pas toujours évident.

Ces temps d’attente permettent d’être spectateur, de regarder de près de curieuses machines roulantes, tricycles, vélos couchés, vélos carénés…mais aussi d’être témoin des souffrances physiques et morales des participants qui ne pouvant plus continuer, en larmes, téléphonent pour se faire rapatrier.
En 1987 et 1991, Joseph a tenu bon, luttant en 1991, année du centenaire du PBP, contre une météo défavorable,PBP 1987, Joseph Guégan pluie et vent d’Est qui ralentit terriblement le retour vers Paris et surtout contre des douleurs aux genoux qui l’obligeaient, sur les 300 derniers kilomètres, à monter les bosses avec le tout petit plateau de montagne.
Après les trois heures de repos, grappillées à la nuit, il fallait mobiliser les articulations avant de pouvoir repartir sur le vélo.
J’étais admirative de cette ténacité, mais je me disais que jamais je ne participerai à une telle épreuve, que ce n’était pas du cyclotourisme, que j’avais besoin d’une bonne nuit de sommeil, dans un bon lit, pour récupérer des efforts d’une journée à vélo.
A la fin de l’épreuve, je dis à Joseph :
« Bon, maintenant que tu en as fait deux, tu es satisfait? »
Il me répondit :
« Oui, mais j’en ferai un 3ème si tu le fais avec moi! ».
Quel défi ! A cette époque là, je n’en avais nullement envie.
Quatre ans après, en 1995, on n’en a pas trop parlé, nous venions d’emménager à Cahors et les week-end bricolages prenaient le pas sur le vélo. La semaine de l’épreuve, Joseph suivait sur Internet les temps de passage de quelques amis cyclos et je sentais bien qu’il éprouvait des regrets de ne pas être avec eux.

Les brevets qualificatifs !

Début 1999, alors que nous n’en avions presque plus parlé, je me lance et lui annonce : « et si on faisait Paris-Brest-Paris cette année? » Voilà c’est parti pour l’entraînement, tout en nous disant : « on enchaîne les brevets qualificatifs les uns après les autres et on voit si c’est possible ou pas! »
Le brevet de 200 du VC Montauban ainsi que le 300 organisé par les Cyclos Randonneurs d’Angers se passent plutôt bien.
Vient ensuite, au mois de mai, le brevet de 400 de Montauban. Après une nuit très froide et sans lune, avec un relief tourmenté entre Albi et Rodez nous apprécions le lever du soleil qui nous annonce une belle journée et nous permet de finir, mieux que nous le pensions, ce difficile brevet.
Reste maintenant le 600!.
Je n’ai jamais parcouru une telle distance! En serais-je capable ? Nous poursuivons un entraînement sérieux et après avoir terminé « l’Etoile Quercynoise », nous nous lançons sur le « Tour du Lot » en randonnée permanente – de superbes itinéraires pour découvrir le département!.
Le 1er week-end de juin arrive: c’est le 600, il pleut pendant toute la journée du samedi et une partie de la nuit, c’est trempés et dans la brume que nous montons le col du Soulor avant de nous arrêter dormir trois heures à l’hôtel du Tech à Arrens. A 7h, nous repartons pour finir la descente du col et entamer le retour vers Montauban.
Heureusement la journée du dimanche est plutôt ensoleillée et nous finissons ce brevet dans d’excellentes conditions physiques. Joseph n’a pas souffert des genoux, c’est peut-être bon signe!
Voilà, tous les brevets sont bouclés, on peut s’engager pour la grande aventure et je vais à mon tour pouvoir vivre un PBP de l’intérieur.

L’attente !

Ecosse-1999,Loch KishornMais, il faut attendre encore presque trois mois, maintenir un bon niveau d’entraînement, mais sans excès.
1200km en trois semaines en Ecosse, plus quelques longues distances, dont un 300 avec beaucoup de dénivelées début août, nous permettent d’atteindre les 8000 km et de nous sentir fin prêts.
Puis, à nouveau le doute s’insinue dans mon esprit. Serais-je capable? Est-ce bien raisonnable? Un herpès, un zona, une pharyngite dans les deux semaines qui précèdent le départ, c’est beaucoup! J’ai le sentiment que mon organisme freine des « quatre patins ».

Enfin, le week-end du 21-22 août arrive. Il faut être à pied d’œuvre dès le dimanche pour le retrait des cartes de route et le contrôle des vélos. Nous retrouvons Jean-Claude, le président de Cahors Cyclotourisme, venu prêter main forte aux organisateurs. Il nous faudra attendre ensuite jusqu’au lundi 22h00 pour enfin partir. Que l’attente est longue!
J’angoisse terriblement à l’idée de prendre le départ de nuit dans un peloton de plus de 2000 cyclos. Heureusement les organisateurs ont eut la bonne idée de faire trois groupes espacés d’un quart d’heure.
Le lundi est interminable, les aiguilles de ma montre n’avancent pas! Il faut juste penser à se reposer un maximum et à bien s’alimenter en sucres lents. A 20h00, nous nous rendons au gymnase des droits de l’Homme pour attendre l’heure du départ. Celui des « rapides » a lieu justement à cette heure là, nous nous mêlons aux nombreux spectateurs massés près du stade, émotion intense et encouragements de toutes parts. C’est très impressionnant!

C’est parti !

Lundi 22h00, c’est à notre tour! Voilà c’est parti pour 1200km en moins de 90h! Notre objectif est modeste, finir dans les délais sans être épuisés.

La première nuit se passe très rapidement dans l’euphorie, il y a des cyclos partout. Avant Mortagne-au-Perche les difficultés commencent. C’est très vallonné. Il faut penser à s’économiser.
Au contrôle de Villaines-la-Juhel, nous trouvons, par hasard, des amis de notre ancien club mayennais. Une bise et quelques mots, mais pas question de s’attarder!

Paris-Brest-Paris-19

Marie-Noëlle et Joseph entre Villaines-La-Juhel et Fougères – PBP 1999

De contrôle en contrôle – tous les 80km environ – nous poursuivons notre route sous un soleil généreux, il fait presque trop chaud! Nous retrouvons parfois sur la route des cyclos connus avec qui nous échangeons quelques mots.
Tout au long de la route, depuis l’entrée en Mayenne et encore plus en Bretagne, des spectateurs nous encouragent et offrent du ravitaillement: eau, café, gâteaux…C’est très sympathique et cela crée une ambiance de fête qui nous stimule jusqu’à Loudéac où nous arrivons vers 21h30 pour un repos bien mérité. Loudéac est un point stratégique, situé au 1/3 et 2/3 du parcours. C’est tout près de là que nous avions choisi d’installer notre camping-car.
Les orages du mercredi matin sur le Finistère nous ont épargné et c’est vers midi que nous virons à Brest, à l’horaire prévu, malgré les 20km supplémentaires à cause des déviations. Des cyclos de notre ancien club de Quimper, ont fait le déplacement pour supporter la dizaine de participants du club. On bénéficie de leurs encouragements dans les nombreuses bosses qui nous ramènent à Carhaix. Joseph est souvent interpellé et encouragé par des spectateurs qu’il n’a pas toujours le temps de reconnaître.

Avant Carhaix, ses genoux commencent à lui donner du souci. C’est plus tôt que lors des deux autres éditions! Quant à moi, j’ai une contracture au cou qui me fait souffrir. Ma main gauche ne trouve pas de position confortable sur le guidon. Avec quelques massages au Decontractyl, elle finira par disparaître au cours de la journée.

Après Carhaix, sur un secteur relativement plat, offrant un répit pendant une trentaine de kilomètres, avec en plus le vent dans le dos, nous faisons quelques rencontres qui nous permettent de ne plus trop penser à nos douleurs.
C’est d’abord Philippe Roche qui remarque nos vélos Rando-Cycles, évidemment puisque c’est lui qui a créé cette entreprise à Paris. Après un terrible accident, survenu lors d’une diagonale, qui lui a valu un coma prolongé, il teste ses capacités physiques et se donne comme objectif de terminer dans les délais. Il y parviendra. Nous bavardons une petite heure avec lui avant de nous arrêter pour une pause ravitaillement dans un café où sont déjà attablés deux canadiens de Vancouver, l’un d’entre eux, président des randonneurs mondiaux du Canada, parle Français et nous fait remarquer avec humour en parlant des élevages, qu’il n’est pas dépaysé, il retrouve les « bonnes odeurs » de chez lui.
Arrivés à Loudéac vers 23h00, après avoir passé un des secteurs les plus difficiles du parcours, nous faisons la queue au self et je mets à profit ce moment d’attente pour exercer mon anglais en échangeant quelques banalités avec un jeune Allemand d’Hambourg.
Après un court repos de moins de 3 h, qui permet d’atténuer les douleurs de genoux de Joseph, nous filons vers Tinténiac où nous retrouvons Didier, des Audax Lavallois. Nous l’avons souvent côtoyé depuis 1981 dans de longues randonnées. Il a pris le départ de son 5ème PBP, accompagné de deux dames avec l’objectif de leur faire réussir leur 1erPBP.
Malheureusement l’une d’elle a du abandonner rapidement à cause de problèmes d’alimentation. « Contrat rempli à 50%! » nous dit-il.
Les cinquante bornes, passées en sa compagnie, permettent de se remémorer quelques souvenirs et de rouler bon train vers Fougères. Nous les retrouverons le lendemain matin près du dernier contrôle de Nogent-le-Roi, mais nous serons dans l’incapacité physique de terminer avec eux sans les retarder. La douleur aux genoux oblige Joseph à monter toutes les côtes à l’économie sur le plus petit développement. De mon côté cela ne va guère mieux, j’ai les muscles des jambes qui ne réagissent plus, à cause d’un problème de rétention d’eau qui s’est manifesté vers Mortagne-au-Perche à un peu plus de 150km de l’arrivée et qui a provoqué un œdème spectaculaire mais heureusement sans gravité.
Ces problèmes physiques nous retardent considérablement puisque nous perdons trois heures sur notre temps de route au cours des 200 derniers km. Heureusement, l’expérience de Joseph a fait que nous avions prévu des marges de sécurité dans les arrêts aux contrôles.
Le repos de 5h prévu à Mortagne-au-Perche est écourté, sans regret, l’affluence ne permettant pas de s’allonger confortablement. De nombreux cyclos ont du nous imiter, vu le nombre de dormeurs sur les bas côtés de la route.
A 14h25,le vendredi nous atteignons notre but sous les applaudissements des spectateurs et parmi eux André, un Audax Lavallois, vieil habitué du PBP qui nous a encouragé tout au long du parcours.

Je suis heureuse d’avoir réussi notre challenge, 1245km en 88h25 (1), avec seulement 1h25 de retard par rapport à nos prévisions malgré les 45km supplémentaires dus à des déviations et ces problèmes physiques qui m’ont un peu contrariée. Mais ils sont très vite oubliés.
Dans la soirée nous faisions déjà des projets pour participer à la prochaine édition dans 4 ans (2).

          Marie-Noëlle GUÉGAN

(1)  Les organisateurs ont porté le délai maximal à 92 heures, compte-tenu des 45 km supplémentaires imposés.
(2)  En 2003, nous n’avons pas réalisé ce projet, une mauvaise chute juste avant le brevet de 600km obligea Joseph à un repos forcé pendant plusieurs mois.

43 réflexions au sujet de « Mon premier Paris-Brest-Paris »

  1. Oh la la … je suis sidérée par votre exploit à tous les deux !!! Jamais je n’aurais pu faire une course pareille. Chapeau bas les amis ! Vraiment. Tiens, je vais sortir examiner mon vélo qui est sur la terrasse, il doit être mort de honte !!! Encore mille bravos !

    1. Coucou Monique ! J’interviens au passage parce que tu me fais rire avec ton vélo qui doit être « mort de honte » ! hi hi ! Je ne l’ai pas remarqué sur ta terrasse.. il doit vraiment être mort de honte en effet ! Le mien est dans le même état d’esprit ! hi hi ! GBizhous.

  2. Un récit intéressant en même temps qu’un exploit mais qui ne me tenterait pas le moins du monde. Heureusement que nous n’avons pas tous les mêmes goûts mais je vous félicite tous les deux. Bravo !

  3. Ai pris grand plaisir à lire ton récit Marie-Noëlle et je suis admirative, oh combien ……. tu connais mes piètres performances en vélo …..

  4. Un grand bravo à tous les deux pour cet exploit.
    Je suis toute essoufflée à la lecture du récit palpitant de Marie-Noëlle et j’admire aussi la belle harmonie de votre couple partageant tous deux l’effort et la même passion. C’est très beau et très fort.
    Au fait, quand venez-vous faire le tour de la Corse en cyclotourisme? C’est tout p’tit ! 🙂

    1. Merci beaucoup almanito.
      Il est vrai que nous avons beaucoup de chance de partager cette passion du cyclotourisme et particulièrement des randonnées au long cours. Cette passion date du début des années 80.
      Pour ce qui est de la Corse, c’est fait. En 2002 nous avons parcouru plus de 1500 km à vélo et comptabilisé 134 cols.

  5. çà c’est du sport … vous êtes téméraires … et moi j’applaudis à cet exploit mais je ne m’en sentirai pas le courage du tout, du tout !!
    Merci pour ce formidable récit tout en détail et encore bravo !
    Amicales pensées en cette soirée !
    Nicole

  6. Je suis admiratif….moi qui ne suis pas monté sur un vélo depuis 50 ans (au moins).il faut en avoir « dans les mollets » pour une telle épreuve…..un récit qui montre bien le déroulement du parcours…
    amitiés
    bonne soirée

  7. Qu’il est bon de vous lire Marie-Noelle et Joseph. PBP 2015 approche, et c’est sans doute avec un brin de nostalgie que vous suivrez les exploits des participants de cette nouvelle édition.
    Au plaisir de vous revoir (nous sommes si peu à Cahors…mais les frimas nous ramènerons bien au chef-lieu dans les prochaines semaines ).
    Amitiés à tous deux, et bises à Marie-Noelle.
    Rolande et Guy

    1. Merci beaucoup Rolande et Guy.
      Il est vrai que même si avec le temps nous pensons de moins en moins au PBP nous suivons un peu l’avancée des quelques participants que nous connaissons.
      C’est ainsi que depuis lundi, je suis assez souvent connecté sur le site de PBP . Je viens de voir à l’instant que Bernard Aussillou vient de pointer à Mortagne au Perche, il ne lui reste qu’un peu plus de 140 km à faire pour boucler son 5ème PBP.
      Amitiés

  8. Bonsoir Joseph,
    Eh oui, que de bons souvenirs. Marie-Noëlle avait quand même quelqu’un d’expérimenté à ses côtés. Même si on n’est plus « dedans », on ne peut pas oublier le PBP.
    Amitiés
    Daniel

  9. J’ai lu avec plaisir. Je suis admirative. Je fais du vélo mais jamais plus de 40 km par jour en m’arrêtant au moins une fois et c’est déjà difficile. Bravo à vous deux. J’ai découvert le Lot dont Cahors cet été et je me disais en parcourant les routes et en y voyant des cyclistes qu’ils étaient bien courageux et que je ne m’aventurerai pas sur des routes qui montent autant. Belle journée

  10. Bonjour Marie-Noëlle et bonjour Joseph ! JF a vu des participants au niveau de Sizun avant hier soir ! Félicitation à MN pour son récit palpitant ! On s’y croirait ! C’est super d’avoir cette passion en commun mais il faut du courage car cela est tellement physique !! Les douleurs pendant la course doivent atteindre le moral sans doute et il faut avoir une sacrée envie de réussite et un sacré psychisme pour continuer. Bravo pour cette performance et toutes celles que vous avez faites ailleurs !!! Amitiés et Bizh à vous deux.

  11. Merci à Marie Noëlle pour ce magnifique reportage très vivant et bravo à vous deux pour cette performance , je vous admire , quel courage.
    C’est magnifique d’avoir la même passion.
    Belle soirée Joseph

  12. Bravo, bravo ! pour cet exploit !
    çà demandait un récit aussi vivant !
    J’ai beaucoup aimé le lire !
    Je reviens du Quercy … en autocar, enchantée ! Ce matin, il pleut en Normandie.
    Amicales pensées.

  13. Bonjour Joseph
    Merci pour ce long récit de Marie Noelle
    Coïncidence du cyclotourisme, car j ‘ai bien pensé à vous durant les premiers jours d ‘Aout !!! et oui semaine fédérale du cyclotourisme du coté d’Albi – spectaculaire concentration de 7000 cyclos sur Lautrec , 3000 sur Cordes sur ciel ( j ‘y étais ce jour là )- et sous une chaleur écrasante ( 200 interventions pour malaise !!) je pensais que vous y seriez !!! Il a fallut faire très attention sur les routes !!
    Passez un bel été – ! et bravo pour les exploits

  14. Je vous dis bravo tous les deux. Moi qui dort plus de 3 heures par nuit sinon je ne peux pas avancer, ce n’est pas pour moi. Par contre mon cousin Pascal se régale de faire des sorties avec des copains, et pendant plusieurs jours. Je vous admire. Bon après midi.

  15. Il en faut du courage pour se lancer dans une telle aventure. Le PBP passe au nord de la Mayenne, près de chez nous, une année nous étions allé sur le bord de la route les encourager. Félicitation pour cette belle réussite.

  16. Je suis émerveillée par ce récit, par votre volonté, par ce défi lancé, par votre courage, votre détermination, par, par, par…….mais je pense, Joseph, que la passion donne des ailes. Même si je ne pédale pas, j’en sais quelque chose ! Chinou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *